logo

Suivi hydrologique des cours d’eau 2018

 Le rapport complet est disponible en téléchargement via l’onglet à droite


           CONTEXTE

Le suivi hydrologique des cours d’eau sur le bassin versant de l’Agly voit le jour en 2018 suite à la mise en place du Programme de Gestion de la ressource en eau (PGRE) et plus particulièrement de son axe 1 : « Améliorer la connaissance et le suivi de l’hydrologie des cours d’eau ainsi que des prélèvements ». La première action de cet axe consiste en la création d’un observatoire des étiages et des prélèvements.

Ainsi, dans le cadre de cette action, le SMBVA a réalisé de juillet à octobre 2018 un suivi périodique du débit des cours d’eau du bassin versant selon deux méthodologies distinctes :

  • juin et octobre : suivi à l’aide des stations hydrométriques présentes sur le territoire
  • juillet à septembre : suivi à l’aide de jaugeages et des stations hydrométriques

         EMPLACEMENT DES SECTIONS DE MESURE

Les stations de suivi ont été choisies en fonction de différents paramètres :

  • points de gestion du PGRE
  • emplacements des prélèvements
  • confluence de certains affluents

Les stations de jaugeages sont ainsi placées, en concertation avec le service des prévisions des crues :

  • sur les points de gestion ne possédant pas de station hydrométrique
  • sur chaque affluent majeur des cours d’eau principaux, en amont de tout prélèvement
  • à chaque fermeture de sous-bassin
  • à l’exutoire de certains affluents
  • sur certains points stratégiques

Au total, 18 stations de mesures ont été suivies et répertoriées sur la carte suivante :

Points de suivi du bassin versant de l’Agly lors des périodes d’étiages, SMBVA 2018

          PROTOCOLE

                 Matériel

L’appareil de mesure est un courantomètre MF-Pro de la marque OTT, constitué d’un dispositif de commande (B) connecté à un capteur électromagnétique et de pression (C), acheté en 2018.

                 Méthodologie

  •             Suivi des stations hydrométriques

Les moyennes journalières de chaque station présente sur le secteur en question sont relevées à l’aide du portail Hydroréel du Service des Prévisions des Crues (SPC). Elles sont ensuite retranscrites dans le bulletin hydrologique diffusé aux usagers et partenaires. A noter toutefois que ces stations hydrométriques peuvent se détarer et indiquer de fausses valeurs de débits.

Dans le cadre de ce compte-rendu, les valeurs des stations seront mises à jour en utilisant celles disponibles sur la banque Hydro.

  •             Jaugeages

La méthode consiste à mesurer la vitesse moyenne d’écoulement et l’aire de la section mouillée définie. L’emplacement de cette dernière est déterminé en fonction de différents paramètres :

  • conditions d’écoulements
  • distribution des vitesses
  • absence d’obstacles
  • profondeur de l’eau
  • absence de perturbation des vitesses en amont et en aval de la section
  • accessibilité de la station

Les vitesses d’écoulement sont mesurées en trois points par verticale dont le nombre est défini en fonction de l’hétérogénéité de la section (hauteur d’eau et vitesses) et la largeur de cette dernière.

La largeur de la section est définie à l’aide d’un mètre ruban gradué. Les profondeurs associées à chaque points ont été mesurées à l’aide du capteur de pression.

A noter toutefois, que les mesures de débit en cours d’eau ne sont pas précisent au l/s près. L’incertitude existante liée à l’appareil, au manipulateur, aux conditions de terrain, … est généralement comprise entre 10 et 15%.

  •             Exploitation des résultats

Les résultats des jaugeages sont exploités grâce au logiciel BAREME qui calcule automatiquement le débit à partir de l’ensemble des données récoltées sur le terrain. Ils sont ensuite retranscrits sous la forme d’une carte comme celle qui suit, et diffusés sur le site internet du SMBVA et son Facebook.

 

        Résultats des mesures

                                                                     *Source des données : banque hydro
Résultats des campagnes de jaugeages

Les débits ont diminué sur l’ensemble des cours d’eau du bassin versant entre les mois de juillet et octobre. L’apparition des pluies en début octobre a marqué la fin de la période d’étiage en relevant grandement le débit des cours d’eau.

Dans l’ensemble, la saison a été plutôt humide et bien plus confortable que l’année 2017 qui a fait face à une importante sécheresse avec l’application de plusieurs arrêtés sécheresse. À noter toutefois que la station suivie sur le Maury s’est retrouvée à sec à partir du mois d’août.

En comparant les moyennes des suivis avec les débits de gestion fixés par le PGRE, il apparaît que les débits de 2 points de gestion se sont retrouvés en dessous des seuils :

Respect des débits de gestion du PGRE aux points de gestion

La station correspondant au point de gestion A3 (Estagel – en amont des pertes) a vu ses débits moyens de juillet et août être inférieurs aux débits de gestion. Concernant le mois de juillet, l’écart est relativement faible: 25 l/s. Durant le mois d’août, il est un peu plus important : 120 l/s. Les températures plus importantes en août par rapport à juillet peuvent expliquer cet écart, notamment à cause de l’évaporation et un besoin de la ripisylve en eau plus important. Cette observation sera à confirmer lors des prochaines périodes de suivi.

La station du point V1 (Verdouble – Padern) a vu son débit moyen passer en dessous des débits de gestion et des débits biologiques durant les mois d’août et septembre à des écarts compris entre 50 et 70 l/s pour le débit de gestion et 40 et 33 l/s pour le débit biologique. Les débits observés nettement inférieurs aux débits moyens quinquennaux secs (90 et 110 l/s en août et septembre) laissent supposer la présence d’usages non répertoriés. La cause pourrait également être naturelle (pertes karstiques par exemple).

Concernant le barrage de l’Agly, son plan d’eau a atteint les 27,7 Mm3 le 25 juin 2018. Le graphique suivant retrace la variation de son stock ainsi que celle du débit sortant:

Variation du débit sortant et du stock du barrage de l’Agly en 2018 (source : Département66)

Le débit entrant s’affaiblit à partir de mi-juin et devient inférieur au débit sortant autour du 1er juillet. En conséquence, le volume du plan d’eau diminue jusqu’à atteindre un minimum de 18.6 Mm3 au 09 octobre.

Concernant les débits sortants du barrage durant la saison estivale, le tableau suivant répertorie les moyennes sur deux semaines par mois et les compare avec les débits objectifs du PGRE :

Respect des débits de gestion du PGRE au barrage (Source : Département66/ PGRE Agly)

 

Le volume du plan d’eau et les débits entrants ont permis au barrage de rejeter un débit supérieur à celui préconisé par le PGRE sur les 4 mois concernés, permettant ainsi de satisfaire les objectifs du PGRE sur la gestion du barrage.

Le deuxième objectif du PGRE sur ce sujet est de garder un volume du plan d’eau égal à 10 Mm3 au 31 octobre de façon à préserver les usages et le milieu lors la saison estivale suivante. Le volume à cette date étant de 19.9 Mm3, l’objectif est largement atteint.

 


        Conclusion

Sur les 10 points de gestion répartis sur les cours d’eau du bassin versant, seuls 2 ont vu leurs débits de gestion être inférieurs aux débits mesurés lors de la campagne de mesure :

  • A3 (Estagel – en amont des pertes) en juillet et août
  • V1 (Verdouble – Padern) en août et septembre

Si au point A3, l’écart n’est relativement pas important et n’entrave pas le bon fonctionnement des cours d’eau, il est préoccupant sur le point V1, d’autant plus que le débit biologique n’est pas respecté.

Concernant le barrage, tous les objectifs ont été remplis, que ce soit au niveau des débits en sortie ou le volume du plan d’eau en fin de période d’étiage.

À noter toutefois que la météo de 2018 était plutôt humide et a favorisé une hydrologie plus abondante par rapport aux étés moyens.