logo

Le risque d’inondation

Le bassin versant de l’Agly est soumis à un fort risque d’inondation sur l’ensemble de son territoire. Ce risque est le résultat de deux facteurs : des pluies très intenses qui font déborder les cours d’eau et la présence d’enjeux dans les zones susceptibles d’être inondées.

Un territoire exposé à des pluies intenses

Les crues de l’Agly et de ses affluents sont généralement dues à un phénomène appelé « épisode méditerranéen ». Ce sont de violents systèmes pluvio-orageux qui apportent des précipitations intenses (jusqu’à plusieurs mois de précipitations en quelques heures). Les épisodes méditerranéens sont liés à des remontées d’air chaud, humide et instable en provenance de la Méditerranée qui entrent en conflit avec le relief et/ou des masses d’air froid.

La proximité de la Méditerranée et la présence de relief font du bassin de l’Agly un territoire particulièrement exposé à ce phénomène.

La carte suivante présente les zones inondables par débordement de l’Agly et ses affluents ainsi que les zones soumises à la submersion marine.

inondation - SMBVA

Les différents types d’inondation

Le bassin de l’Agly est soumis à différents types d’inondation :

  • L’inondation de plaine par débordement de cours d’eau : Lorsque les cumuls de pluie sont importants, les principaux cours d’eau sortent de leur lit mineur et viennent inonder les plaines en occupant le lit moyen voire le lit majeur. La plaine de la Salanque est particulièrement exposée à ce type d’événement. A Rivesaltes, le débit moyen de l’Agly est de 7 m3/s mais lors des crues il peut dépasser 2 000 m3/s.
  • Les crues torrentielles: Lors des événements pluvieux intenses, les petits cours d’eau et torrents peuvent monter et sortir de leur lit très rapidement, notamment dans les zones qui présentent des pentes fortes. Ce type d’inondation est très dangereux du fait de sa cinétique rapide et de son imprévisibilité. Ce risque concerne surtout la partie amont du bassin versant jusqu’à Rivesaltes.
  • Le ruissellement pluvial : Ce phénomène est dû à l’imperméabilisation des sols par les aménagements de l’homme (urbanisation, agriculture). Lors des fortes pluies, l’eau ne peut plus s’infiltrer ce qui provoque des écoulements importants et rapides. On rencontre ce type de risque sur tout le bassin de l’Agly.
  • Les ruptures de digue : Les digues de l’Agly ont été construites dans les années 1970 pour protéger la Salanque des débordements fréquents. Malheureusement, ces digues connaissent de nombreux dysfonctionnements principalement liés à leur conception. Les ruptures passées en témoignent (St-Laurent en 1999, Pia en 2013). La rupture entraîne la formation d’une onde de submersion dont la vitesse et la hauteur représentent un danger mortel. La population de la Salanque est donc protégée des inondations mais est soumise à un risque important de rupture de digue.
  • La submersion marine : La partie littorale du bassin est soumis à la montée des eaux des étangs et de la Méditerranée. Ce phénomène est généralement lié à l’apparition de tempêtes (dépression atmosphérique, vent d’est, houle).