logo

Les crues historiques

L’Agly et le Verdouble débordent depuis des milliers d’années, bien avant que l’homme ne puisse s’en rappeler. Cependant nous ne pouvons parler que des événements documentés, qui nous ont été transmis par des témoignages ou que nous avons directement vécus. Il faut toutefois garder à l’esprit que notre connaissance des crues est très sommaire à l’échelle historique.

Voici les principaux événements qui ont touché le bassin versant de l’Agly en l’état actuel des connaissances :

– Crue du 29 et 30 novembre 2014

Suite à un cumul de pluie de près de 420 mm en 48 heures, l’Agly entre en crue avec des réactions de cours d’eau particulièrement importantes à l’amont du bassin versant. La situation était particulièrement critique le dimanche 30. Plus de 2000 personnes ont été évacuées. A Rivesaltes, l’Agly déborda légèrement en rive droite et le niveau de la crue de 1999 fut quasiment atteint.

La mise en sécurité des personnes et les sauvetages furent particulièrement importants à Saint-Paul-de-Fenouillet ainsi qu’à Rasiguères, où le centre-ville fut dévasté par plus d’un mètre d’eau provenant du ruisseau de Trémoine.

La confluence de l'Agly et du Verdouble lors de la crue de novembre 2014

– Crue du 6 mars 2013

L’évènement du 6 mars 2013 est largement documenté et décrit par le retour d’expérience réalisé par le CETE Méditerranée et la DREAL Centre. En 48 heures, il est tombé 190 mm au niveau du barrage de l’Agly et 210 mm à Vingrau.

Le maximum de la crue au niveau du pont de la D900 à Rivesaltes a été estimé à 970 m3/s. L’évolution de la végétation dans le lit du cours d’eau a pu augmenter la ligne d’eau et favoriser les surverses.

Cet évènement a été marqué par des surverses au niveau des digues de l’Agly maritime, qui ont entrainé une rupture en rive droite, sur la commune de Pia. Les habitations les plus proches des digues ont été évacuées par prudence mais par chance la rupture de digue a inondé une zone agricole.

– Crue du 14 et 15 novembre 2005

Cet épisode concerne les Corbières (bassins de l’Orbieu, de la Berre et du Verdouble) avec des cumuls en 24 heures qui dépassent 100 mm voir 150 mm localement.

C’est le 14 que les pluies ont été les plus importantes sur les Pyrénées-Orientales. A la station météorologique de l’aérodrome de Perpignan, on constate 160 mm et on mesure environ 240 mm à Tautavel et Padern.

Cette crue a nécessité l’évacuation de 1000 personnes et provoqua 2 décès.

– Crue du 12 au 13 novembre 1999

Sur le département de l’Aude, c’est l’évènement de référence qui a eu un retentissement national avec 35 décès pour l’ensemble de l’évènement et des cumuls de pluie exceptionnels qui se sont abattu sur le massif des Corbières.

Cet épisode a entrainé la rupture des digues de l’Agly en rive gauche au niveau de la station d’épuration de St-Laurent-de-la-Salanque

Sur notre bassin, l’évènement pluvieux responsable de la crue a duré 36 heures avec des cumuls de pluie de 493 mm à Padern et 253 mm à Rivesaltes. Le débit de pointe à la station Mas de Jau fut de 2000 m3/s et de 2110 m3/s à Rivesaltes.

Le niveau faible du karst et la retenue du barrage de l’Agly ont participé à écrêter le pic de crue. Cet évènement sert de crue de référence pour les communes d’Estagel, de Tautavel et de Tuchan entre autres.

– Crue du 26 septembre 1992

Cette fin du mois de septembre fut marquée par une montée rapide de la Boulzane et de la Désix, consécutive à une cellule orageuse qui se déplaça du sud-ouest vers le nord-est du bassin versant. Les pluies les plus fortes sont intervenues sur le Barcarès (80 mm en 1 h, 200 mm en 4 h).

La pluviométrie moyenne sur le bassin versant correspond à un évènement décennal. Le débit de pointe atteint 1400 m3/s à la station Mas de Jau. En Salanque, l’Agly ne déborde pas de son lit endigué. L’eau arrive jusqu’à 40 cm des crêtes de digues, au droit de la station d’épuration de Saint-Laurent-de-la-Salanque.

– Crue du 17 au 20 octobre 1940

Cette crue a été provoquée par des précipitations comprises entre 300 et 400 mm en 5 jours sur le bassin de l’Agly (Atlas des Zones Inondables de l’Agly, DREAL-LR). Tout le long de l’Agly moyen, la plupart des ponts ont été submergés. On considère qu’il s’agit de la crue de référence pour Latour-de-France et le bas du village de Cases-de-Pène fut également inondé. En aval, la Salanque fut totalement submergée. Dans l’AZI, il est indiqué que le débit de l’Agly à Rivesaltes a sans doute atteint 2000 m3/s en 1940.

– Crue de 1920

C’est la crue de référence pour Paziols. Durant cette inondation, le Verdouble a atteint le cœur du village et a inondé la mairie. Il est indiqué que les repères de crue localisés dans la ville se situent près d’1 m au-dessus de ceux de la crue de 1999.